Comment reconnaître un guide spirituel avéré... par Bertrand Duhaime


AENIGMA
Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Mer 17 Mai 2017 - 15:15
Staff et VIP en ligne
Admin Laurent Jacqueline
Musique
bouton
Un peu de musique




Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Comment reconnaître un guide spirituel avéré... par Bertrand Duhaime

Répondre Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Je suis Jacqueline

avatar

COMMENT RECONNAÎTRE UN GUIDE SPIRITUEL AVÉRÉ…
Publié par LaPresseGalactique.org le 8 Avr, 2016 dans Bertrand Duhaime,


Il y a le guide spirituel subtil, ami de l’invisible, et le guide physique, donc incarné dans un corps de chair.  Le deuxième est au service du premier, soit de la Hiérarchie spirituelle.

Le guide désigne un être qui sait, un aide, un soutien, un être qui en éduque un autre, qui le dirige sans le dominer ni le déformer, le dirigeant en l’orientant vers le Savoir.  Ainsi, ce mot identifie un serviteur de la Sagesse qui dit subtilement : Vois ce que je suis, et si cela te convient, sache que tu es la même chose, alors, travaille à le découvrir.  De nos jours, la Hiérarchie demande instamment qu’on n’affuble plus un guide spirituel du titre de Maître, même s’il l’est, pour éviter de créer une distance avec les autres êtres humains qui, essentiellement, sont aussi des Maîtres de naissance.  S’il lui reste une utilité, au niveau de la direction des consciences, on suggère de l’appeler accompagnateur spirituel.

En vérité, le meilleur guide, et le plus fiable, c’est son Centre intime ou, comme on dit, la Vie elle-même, l’expression souvent anonyme de son Centre spirituel.  Mais un guide spirituel avéré, donc authentique,  peut devenir d’un grand secours dans certaines phases évolutives particulièrement difficiles.  Le guide légitime, c’est un être qui a acquis de grandes connaissances, au gré de guide-spirituel-invisibleson périple évolutif, au point d’avoir fait son ascension dans une vie antérieure.  Mais il convient de toujours le faire confirmer comme auxiliaire évolutif par la Hiérarchie cosmique en demandant s’il appartient à la Conscience christique.  Un tel être a décidé de s’incarner au sein de l’espèce humaine, en se voilant, pour la stimuler dans son évolution en servant d’exemple pour les autres qui ne peuvent s’aider eux-mêmes.  Le voile qu’il porte est constitué des misères humaines en correspondance avec son expérience antérieure qu’il transmute, par compassion, au nom des plus faibles et des plus démunis.  Aussi doit-il s’en délivrer à la manière des êtres évoluants, non par un recours aux tours de passe-passe ou à la magie.

Le guide spirituel doit plutôt procéder de manière à ouvrir de nouvelles voies que les autres, qui peinent sur le Sentier évolutif, pourront suivre en diffusant par sa présence qui il est.  Il ouvre des voies à la conscience en attirant l’énergie dans son corps, des voies qui, une fois tracées, peuvent aider les autres afin qu’ils n’aient pas à pas à passer par là où ils auraient dû, au risque de s’y perdre.  Il crée de nouvelles avenues que la conscience peut emprunter pour explorer sans même avoir à dire un seul mot.  Ces nouveaux sentiers empruntés par la conscience engendrent de nouvelles réalités, de nouvelles options et de nouvelles manières de vivre et d’être.  Il collabore à la destruction des faux paradigmes ou des paradigmes désuets, à l’effondrement des éléments stériles et désuets de la société, à l’apparition du chaos, pour forcer la reconstruction de tout sur les normes de la vérité, de l’amour et de la sagesse.

Le guide est un être qui aide à garder une vision élevée de l’humanité parce qu’il la détient pour lui-même, pouvant ainsi répondre à l’appel à l’aide d’un semblable qui l’appelle.  Son rôle consiste à diffuser des informations de différentes manières, s’adaptant à la conscience de chacun.  Car la Lumière divine n’est jamais rien d’autre que cela, de l’information.  Il n’agit jamais à la place de celui qui l’appelle, mais il l’aide à atteindre des plans plus élevés du Savoir, par l’expérience, l’amenant à découvrir sa propre sagesse en le reliant à la direction éternelle de son âme.  Il n’écarte aucune leçon salutaire, mais il aide à comprendre ce qu’il y a en elle pour la traverser plus rapidement.  Il donne une vision élargie de toute situation, présentant un point de vue qui permet de comprendre ce qui arrive, pour s’élever à un niveau supérieur d’amour et de compassion.

Le guide voilé peut se reconnaître lui-même au fait qu’il garde, depuis sa naissance, d’évanescentes mémoires de l’amour constant qu’il reçoit des plus hautes dimensions des Royaumes supérieures, ce qui, précisément, l’a poussé à chercher la Lumière et à se mettre au service des autres.   Souvent, il a connu une enfance difficile parce qu’il se sentait incompris, mésestimé de son entourage, mais aussi parce que, par code de vie, il portait déjà un lourd fardeau afin d’aider l’humanité à évoluer.  Il a pu ressentir que le monde était insensé de vivre dans la douleur et la confusion du matérialisme.  Il a pu tenter son maximum pour faire plaisir à ses proches dans son désir de les voir se sentir bien.  Il a pu ressentir les émotions des autres au point d’oublier qui il était, se perdant dans leur ressenti.  Il a pu prendre pour siennes les souffrances et les soucis des autres, essayant de trouver à leur place des solutions à leurs problèmes.  Il a pu vivre nombre d’épreuves personnelles pour se construire un caractère assez fort, élément nécessaire pour atteindre son but essentiel.

En général, le guide voilé, peu reconnu dans ce qu’il était, a trouvé dans ses diverses expériences, agréables ou désagréables, une occasion d’évoluer, apprenant à croire en lui-même, sans avoir besoin de validation extérieure.  Ainsi, il est devenu peu à peu autonome et indépendant, se permettant de se diriger lui-même sans attendre des autres.  Il est devenu plus conscient de ce que les autres vivent, développant sa compassion.  En rapport avec la connaissance qu’il a de lui-même, il ne laisse pas les autres seuls et ignorés.  Il se porte volontaire pour semer des graines d’évolution dans les cœurs meurtris, contribuant à transformer leur vie.  Vieille âme évoluée, il aide au bon moment par ses mots d’encouragement, un moment d’appréciation, une étincelle d’intérêt pour eux, sachant qu’un geste ponctuel peut éveiller un être de lumière vers sa destinée et accroître ses résultats pour toute la vie.  Toujours, même au moment le plus sombre, il a su combien il était solide intérieurement, au point que, quelles que soient les difficultés qu’il rencontrait, il était capable de tout transformer.

Dans sa présente vie, le premier travail d’un guide consiste à se guérir lui-même, à cicatriser les blessures qu’il s’est infligées en traversant des vibrations et des énergies qui étaient bien plus agitées que celles qu’il avait connues avant sa naissance.  Il a appris à éviter de se juger, de se culpabiliser pour les erreurs commises et les peurs ressenties, les reconnaissant comme des réalités inhérentes au corps physique au présent stade d’évolution de l’Humanité.  Il a souvent choisi de faire l’expérience personnelle d’un aspect sur lequel, globalement, l’Humanité n’avait pas évolué, car il savait que les moyens qu’il découvrirait pour les transformer serviraient d’outils qu’il n’avait qu’à transmettre.  Pour chaque partie de lui-même dont il élève les vibrations, il permet aux autres de faire de même sur le même point.  Amoureux, sage, vrai, rempli de compassion, il a choisi d’être psychiquement et énergétiquement disponible aux autres pour aider la planète et l’Humanité.  Il était conscient de venir sur Terre à un moment crucial de transformations profondes, surtout aux niveaux social et culturel.  Il a accepté d’être le bâtisseur d’un Nouvel Âge, de contribuer à faire des changements en se consacrant au monde.  Mais il y a lui-même gagné beaucoup en occasion évolutives.

Le guide se reconnaît souvent au fait que, très jeune encore, il sentait qu’il devait réaliser un but spécifique, remplir une mission, bien qu’il ne savait pas en quoi elle consistait.  En grandissant, il est probable qu’il ait traversé de grands doutes sur sa valeur du fait qu’il ne rencontrait à l’extérieur que peu de reconnaissance de son ressenti intime.  Pourtant, en dépit des difficultés, du manque d’aide extérieure, il se sentait poussé en avant par une force intérieure puissante l’invitant à chercher, à trouver et à accomplir ce grand but.  Souvent perdu dans la densité de la matière, ce qui bloquait les souvenirs de ce qu’il était, comme de son grand destin, il a pu se perdre dans l’autocritique et une trop grande humilité.  Aussi, a-t-il souvent cessé de croire en ses rêves, perdant sa capacité à mettre à jour ce grand destin, oubliant son but particulier.  Il a tardé à trouver sa mission, doutant que tout ce qu’il faisait puisse le guider vers cette voie élevée.  Mais, toujours, il a rencontré un être pour le remettre sur la voie, le stimulant à continuer son évolution.  Et, d’événements en événements, il a dû se convaincre que chaque être est né avec un but spécifique, un rôle unique, pour lequel il est irremplaçable.  Mais lui, il a reconnu qu’il avait choisi d’être à l’avant-garde du changement afin d‘aider à la construction de nouvelles formes et de nouveaux modèles marqués de la réalité supra-consciente.  Aussi a-t-il choisi une profession libérale pour rester libre d’implanter ses idées propres.  S’il a plutôt choisi d’œuvrer dans une entreprise, il se signale par sa préférence d’occuper un poste lui permettant de dire quelle orientation il faut prendre.

Car, à l’heure présente, des guides, il y en a des milliers, dans tous les milieux.  Et chacun partage cette vision de ce qui est devenu possible de réaliser pour l’Humanité et la Terre.  Voilà pourquoi il a souvent noté, s’interrogeant sérieusement sur son attitude, qu’il ne parvenait jamais à penser comme la majorité et qu’il avait de la difficulté à s’intégrer à la société actuelle.  C’est qu’il est porteur d’idées et de pensées encore inconnues ou fort inhabituelles de nature à forcer le changement vers une plus haute conscience au cours des dernières années.  Il sait que ces changements ne sont pas faciles à opérer, car, si de nombreuses âmes le précèdent, plus encore se tiennent derrière lui.  Mais il peut toujours compter sur l’aide de ceux qui le précèdent et savent se retourner vers lui pour lui envoyer de l’énergie, de la lumière et de l’amour, afin d’éclairer sa route et de faciliter son ascension.  En retenant cette image sécurisante, il voit plus clairement où il va, sa progression se fait plus sûre, plus rapide.  Son principal handicap serait d’oublier de se retourner vers ceux qui le précèdent pour rester tourné trop longtemps, dans un service mal compris, vers ceux qui le suivent, y épousant sa sagesse et sa lumière sans suffisamment se ressourcer.  À l’inverse, il aurait tort de cheminer de façon trop individualiste, toujours tourné vers l’avant, oubliant de partager avec les autres des informations et de leur prodiguer des encouragements relevant du chemin qu’il a parcouru.  Sur la voie évolutive, beaucoup de lumière et d’aide restent disponibles, émanant des âmes nombreuses qui ont tracé la voie et vivent désormais dans des dimensions plus élevées.

Mais pour évoluer correctement, il faut aussi faciliter le cheminement des autres, contribuer à éveiller ces nombreuses âmes proches de l’éveil. Celui qui sait lever le voile de ses propres illusions pour s’éveiller à sa vie et à sa vérité peut les aider.  Il leur aidera à comprendre où se diriger, quelles informations chercher.  Beaucoup commencent à peine à se poser des questions salutaires, à entendre en écoutant.  Il faut les aider à trouver la tendresse, la confiance en eux, le sens du pardon, le désir d’offrir de la compassion, à rejeter les douleurs, à dissoudre les éléments de la négativité.  Car c’est ainsi qu’on commence à évoluer spirituellement, en transformant ses corps énergétiques, en faisant un chemin à la lumière.  Ce faisant, chacun développe un rayonnement spirituel, un grand afflux d’énergies dans son aura.  Pour y parvenir, il suffit de vibrer à des plus hautes fréquences.  Le but de l’Humanité, c’est de se former un corps de lumière plus intégralement formé pour devenir une source rayonnante de lumière.  Pour avoir beaucoup souffert en cette vie, beaucoup de guides désirent que leur présent passage sur Terre soit leur dernier.  Ils envisagent ce fait comme un couronnement évolutif, comme le but spirituel ultime de leur passage ici-bas.  Ce choix, que la Conscience spirituelle ne respectera pas forcément après leur ascension, peut cacher une grande incompréhension du phénomène évolutif universel.  En montant sans cesse les degrés plus élevés de la maîtrise de la vie sur Terre, chacun pourra choisir de revenir ou non sur cette planète selon des normes spirituelles qui échappent à l’âme incarnée.  Il faut comprendre que plus le plan terrestre est illuminé, plus il est merveilleux.

Un jour, l’Humanité aura rétabli le paradis sur la Terre parce qu’elle aura collectivement découvert l’art de vivre dans une conscience plus élevée.  
À ce moment, il n’est pas dit que nombre d’âmes hautement évoluées ne choisiront pas d’y revenir encore et encore par amour de cette planète et de l’Humanité. Cette planète constituera un jour l’une des plus merveilleuses destinations à titre de Bibliothèque cosmique. Chaque retour sur Terre confère un plus haut degré de maîtrise, donnant l’aptitude d’aider les êtres évoluants sur cette planète même et dans d’autres mondes. À chaque retour, un être découvre de meilleures occasions d’évoluer, accroissant sa capacité de service. Celui qui revient sur Terre n’est donc pas un être déchu inapte à vivre dans d’autres dimensions. D’autre part, sur une planète illuminée, il n’existe plus de souffrance ni de limitation. À chaque retour, la Conscience divine, envoyant une partie d’elle-même dans la dimension terrestre, apprend davantage sur son degré de conscience exprimé dans le monde de la forme et de la matière.  Il faut faire confiance en sachant qu’on se retrouve toujours au meilleur endroit pour soi-même et pour l’ensemble.
Il importe donc à tout guide d’aimer autant son humanité que sa divinité, et d’accepter d’aller croître en conscience exprimée là où il en a le plus besoin. En tout temps, ce qu’un être vit quotidiennement constitue l’objet véritable de son apprentissage.

Alors, pourquoi présumer de l’avenir?  Ce qui importe, c’est d’aider l’Humanité à atteindre la masse critique d’énergie qui la propulsera dans la Lumière pure, lui permettant d’amorcer une nouvelle phase évolutive, sur la voie de l’Infini.  En fait, ce passage s’est produit dans la dernière semaine de mars 2008.  Chacun peut, à son choix, atteindre son plein potentiel au cours de cette vie ou au terme de nombreuses vies.  En cela, une seule personne peut vraiment tout changer.  Comme on le voit, le guide spirituel est un être qui s’est donné un programme de vie marginal afin de développer plus de sagesse et de renforcer son système nerveux afin d’accueillir de plus grandes énergies.  Il est appelé à mener une existence solitaire et à terminer sa vie ainsi.  Pour atteindre le but qu’il a choisi avant de s’incarner, il doit renoncer progressivement à ce qui compte le plus pour lui sur Terre, pour s’ouvrir à l’abandon total, au détachement complet.  Dans la société, il n’est pas le bienvenu, car il se pose les vraies questions au lieu de chercher à passer le temps de son mieux.  Alors, il bouscule les vieux paradigmes, pouvant provoquer le fait que ses meilleurs amis deviennent des ennemis farouches.  Il s’attire d’être considéré comme un subversif ou un fou du fait qu’il devient plus qu’un humain.  Jour après jour, il devient de plus en plus différent des dormeurs qu’il dérange, sans avoir le droit d’utiliser ses dons pour les influencer.  Il doit respecter le libre arbitre de chacun, leur permettant même de gâcher leur vie, dût-il s’agir de son meilleur ami.

Car le guide ne peut aider que les personnes qui viennent vers lui de leur propre consentement, et le temps qu’ils restent près de lui, pour les ouvrir à la dimension spirituelle.  Il n’a pas le choix et il ne peut faire machine arrière : il doit suivre le Plan divin dont il fait partie.  Il ne peut exercer son libre arbitre que pour réaliser qu’il ne peut que suivre le destin qu’il s’est choisi.  En Occident, ce guide doit s’investir de façon concrète, évitant de se tourner les pouces dans son coin en mettant la main à la pâte, en assumant son rôle.  Il doit s’habiller comme tout le monde, guidant les autres dans une voie spirituelle, même si cela reste une tâche ingrate et s’il est mal vu ou repayé de ses services.  Il doit se lancer dans l’inconnu, se jeter dans le feu de l‘action.  Ce faisant, il continue lui-même à évoluer, acquérant de nouveaux dons.  Travaillant à ouvrir ses centres d’énergie supérieurs, il reçoit beaucoup d’énergie pour aider ses étudiants à progresser, à entrer dans leur cœur. Il se prépare à devenir un Maître spirituel qui enseigne par la voix silencieuse. Cette faculté lui permet d’enseigner directement à l’être intérieur de ses disciples pour les aider à dépasser certains problèmes sans que leur mental puisse faire écran.  Il entre en lui, capable de reconnaître le problème principal qu’il doit dépasser pour insérer en engramme un certain travail au niveau du cœur.  Il lui sert également de filtre pour transformer en amour ce qu’il y a de négatif en lui.

Pour lui-même, le guide développe tout un clavier énergétique, lui conférant d’autres pouvoirs, dont il apprend à jouer avec maîtrise.  Il apprend à ouvrir et à fermer ses chakras à volonté selon les besoins du moment.  Il s’habitue à jouer avec son triangle de lumière formé par sa glande carotide, son chakra frontal et son chakra coronal, maîtrisant la Triple Flamme dans l’amour inconditionnel. Ainsi, il devient un canal psychique mieux connecté avec son âme, accroissant ses facultés créatrices, dépassant les croyances et les limitations d’un être incarné.
Alors, il occupe un rôle de Maître spirituel, ce qui est le sommet de l’incarnation terrestre et le premier échelon d’une autre aventure cosmique.  Il exerce le rôle ultime sur lequel il doit souvent méditer.

Car un Maître découvre qu’il est constamment le Tout en pleine conscience.  Il soumet entièrement sa personnalité au contrôle de son Esprit par le biais de son âme.  Il ressent ceci : Je Suis ce que Je Suis.De ce fait, il n’a plus de problème, se sachant le Tout.  Rien ne peut plus lui arriver puisqu’il est Amour et Lumière.  Il agit comme Un à ses trois niveaux.  La fusion définitive est en cours : il s’unit à son âme, il rentre chez lui, délivré du cycle infernal des réincarnations.  Le seul fait d’être en présence d’une personne lui est d’un grand secours, car il devient pour elle le Modèle.  Il n’a plus rien à faire d’autre que d’Être, de manifester son Soi supérieur, dans l’acceptation totale, le parfait renoncement.  Mais, pour y arriver, il a renoncé à tout, à tout ce qui lui plaisait ici-bas, à sa personnalité, enfin à la vie, pour entrer dans la Vie totale.  Car il a pu dire : Que ta Volonté soit faite afin que la mienne se fasse!  C’est l’ultime renonciation qui lui fait accepter le Tout.  Car en renonçant totalement, il peut enfin accepter totalement.  Et il rencontre Dieu, se révélant lui-même comme un dieu incarné, comme un  Fils de Dieu.  Il ne peut plus être séparé du Tout.  Il est sa Vie, il est son Amour, il est sa  Vérité.  Il est devenu un Frère aîné, un Maître de Sagesse, capable d’exprimer sa gratitude au Père-Mère céleste, se sentant partie de lui, un avec le Tout.

Chaque être incarné peut choisir de travailler en groupe autour d’un guide, mais chacun doit, en tant qu’individu, évoluer pour lui-même.  Nul n’a à travailler avec qui que ce soit pour recueillir constamment de l’information.  Mais il faut assez souvent s’unir au moins aux Guides invisibles, membres de la Hiérarchie cosmique.  La seule continuité qui soit désormais nécessaire, c’est d’œuvrer constamment avec soi-même et de comprendre le sens du Soi.  Puisque le système d’enseignement universel de la spiritualité est conçu pour mener à travers un apprentissage graduel, celui qui est parvenu à un échelon de l’Échelle évolutive peut aider un autre candidat à l’Initiation à monter à son niveau, puis sur l’échelon placé au-dessus de lui.  Par analogie, on peut comparer ce processus au jeu de la courte échelle.  Mais, en même temps, celui qui en aide un autre est lui-même instruit par un être immédiatement placé au-dessus de lui.  En l’occurrence, il importe peu que le guide ignore les réalités des échelons supérieurs à son niveau puisque ceux qui viennent à lui sont attirés, d’unesuis-moi part, par des affinités naturelles et viennent à lui, d’autre part, pour recevoir les informations de l’échelon où il se trouve.  Ainsi, à ceux qui viennent à lui, il doit suffire de bien assimiler ce que celui qui est placé sur l’échelon supérieur leur enseigne.  Pour le reste de leur ascension, Dieu veillera toujours, s’ils sont sincères dans leur quête, à les faire instruire par d’autres guides plus avancés, au moment opportun, s’il y a nécessité.

En général, hors des séances d’instruction, le guide accompagne une autre personne dans le silence et la discrétion, l’enlaçant et l’imprégnant de son amour.  Toutefois, son action reste limitée si le candidat qu’il assiste n’invoque pas la pureté de l’intention spirituelle.  Le guide est un puissant miroir qui laisse peu percevoir de lui-même, mais qui renvoie adéquatement, en les amplifiant, les grandeurs et les faiblesses d’autrui.
En revanche, dès qu’un candidat formule correctement l’intention, le guide commence à s’activer pour apporter à son protégé une réponse, une solution ou un accomplissement en énergie.  Celui-ci facilite la circulation de l’énergie à partir de l’énergie qu’un sujet engendre, apparemment à partir de rien, et qui fait partie intégrante de l’équilibre qui survient lorsqu’il prend des décisions d’ordre spirituel.  Le guide ne s’occupe jamais de paraître plus sage, plus lumineux, meilleur que celui qu’il dirige.  Il se contente de transmettre son expérience des pratiques spirituelles en agissant comme un être humain ordinaire, peu différent des autres, même capable d’éprouver des émotions.  Et lorsqu’il est débordé, il lui arrive même de se laisser porter, pour un temps, par celui qu’il guide.  Au fond, le guide n’est jamais qu’un support ou un lien incarné, en provenance d’un monde civilisé, qui exerce une mission d’amour afin d’engendrer la paix sur la planète en rendant l’Humanité plus consciente.  Il veille sans cesse à harmoniser le monde pour qu’il cesse d’être un lieu de concurrence, de conflits, de guerres, d’injustice, de division.  De son mieux, il rayonne l’amour, la paix, la fraternité universelle, et s’il y parvient, l’enthousiasme et l’allégresse, puisant dans la Lumière du monde policé, c’est-à-dire illuminé, d’où il vient.

En rêve, l’apparition d’un guide peut révéler un grand besoin d’apprendre qui mène à chercher.  On compte probablement sur une personne-ressource dont l’influence bénéfique pourrait rejaillir sur sa vie.  À moins qu’on ait rencontré un véritable Maître de Sagesse dans les parages de son ashram subtil.

© 2012-16, Bertrand Duhaime (Dourganandâ).  Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde.  Publié sur : www.larchedegloire.com.  Merci de nous visiter sur : https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.


Vous êtes invités à reproduire cet article pour le retransmettre en incluant ceci :
« Chronique trouvée sur lapressegalactique.org »

Bonjour, nous vous remercions pour ce message. Il nous fait plaisir de ce partage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum