L’Atlantide


AENIGMA
Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Mer 17 Mai 2017 - 15:15
Staff et VIP en ligne
Admin Laurent Jacqueline
Musique
bouton
Un peu de musique




Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L’Atlantide

Répondre Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1default L’Atlantide le Lun 28 Nov 2016 - 11:28

Je suis Jacqueline

avatar

Un texte très intéressant à lire que j'ai trouvé sur le site
Messages Célestes et provenant de la Source Medidetente – Etre soi meme





L’Atlantide


Yosuel, Adama, Métatron, transmis par Ma Nanda Aweh
27 novembre 2016


 Ma  : Namasté,

Suite à la lecture d’un extrait d’un livre que l’on M’a envoyé, et comme Yosuel Me disait que beaucoup de choses devaient être reprises, bien des choses à revoir, alors curieuse et passionnée, en sachant que Nous sommes ici pour Nous réaliser et non se retourner sur le passé, mais Nous réaliser en tant que Maîtres incarnés dans cette réalité et dans une autre que Nous créons en tant que Créateurs, Je Lui ai demandé de Me donner les précisions à apporter à ce document.

Alors, ces précisions sur l’Atlantide sont encore une fois qu’une vue qui est bien plus vaste, parce qu’il faudrait révéler tant de choses, et cela n’est pas de mon ressort, et cela a été tellement explicité que Je partage avec Vous ce que J’ai à cœur d’apporter comme compléments substantiels.

-  Yosuel : L’Atlantide était situé au niveau de l’Océan Atlantique, mais aussi jusqu’à l’Océan pacifique incluant en grande partie le sud de l’Europe, l’Amérique Centrale, l’Amérique du Sud et une partie de l’Amérique du Nord.

Platon a relaté ce qui Lui était insufflé, mais n’a pas tout révélé parce qu’Il savait que cela serait décrié, mais son rôle était de Vous dire ce qui serait le moment venu accepté et démontré, tant pour en changer les fausses idées sur tout ce qui a été interprété pour que ce monde corresponde à ce que l’on a voulu le présenter pour que cela corrobore avec une réalité ne dérangeant pas les interprétations de Ceux qui voulaient maintenir les Êtres sous leurs propres directives.

L’Atlantide est née après que la glaciation se soit totalement résorbée, et que la végétation est repris vie, et que toutes les conditions de vie sur cette Terre soient appropriées pour à nouveau vivre selon ce que les Êtres envisageaient de vivre dans le contexte d’une Terre à nouveau accueillante dans tout ce qu’Elle pouvait offrir de viabilisation. Mais cela a demandé que beaucoup d’Êtres insufflent leur vision de ce que Eux-mêmes voulaient que cette Terre soit. Et c’est ainsi que beaucoup d’Êtres que Vous appelez « les Peuples de la Nature » ont répondu à vos insufflations, en sachant qu’Ils ont toujours été là, mais à d’autres niveaux, attendant que cette Terre reprenne vie dans ce qu’Eux-mêmes maintenaient à leur niveau. Et c’est ainsi que la vie repris et que beaucoup de choses se sont alors révélées dans l’interaction entre le monde que Vous appelez « Peuples de la Nature » et cette réalité. Et c’est ainsi.

Il a été dit que l’Atlantide a permis que les Humains émergent d’un certain état très primitif pour aller vers une certaine civilisation. Et Je Vous dirai, mes chers Amis, que l’Atlantide fut une glorieuse puissance qui a perduré plus de 50.000 ans, mais qu’il n’y avait pas avant d’état primitif, mais des Êtres évolués qui ont permis, par leur présence, la venue de beaucoup de Consciences qui ne savaient pas réellement « Qui Elles Etaient », et Elles ont été accueillies pour Leur permettre de vivre dans un monde nouveau où tout devait être préparé par les futures Générations, incluant la venue d’Êtres que Vous appelez « Primitifs ».

Alors, il y eut une très longue période de prospérité et de conscience, jusqu’à ce que les Atlantes, au fil du temps, évoluent vers une autre réalité beaucoup plus fragmentée, au point de devoir à un moment donné de faire le choix de s’armer et de vivre en Conquérants. Et cela fut le début d’une longue période durant laquelle Ils conquirent beaucoup de territoires à leur détriment, jusqu’à un moment donné Eux-mêmes se sont vus être assujettis à devoir se plier à des Êtres plus conquérants qu’Eux, et qui avaient soif du pouvoir sur la technologie qu’Ils avaient, et qui a été utilisée à des fins de destruction, alors que ces technologies permettaient des avancées remarquables, tant aussi bien dans les transports, la médecine, l’électricité et toute la configuration de la vie dans son ensemble.

Alors, Je ne vais pas détailler tout ce que cela représentait, mais il a fallut que les Maîtres qui subsistaient encore à ce moment là, prennent la décision de protéger ce que cette technologie avancée permettait aux Êtres de vivre dans la prospérité et l’abondance. Et c’est ainsi.

Il est vrai, comme cela a été dit que les Atlantes se sont installés dans de grands territoires comme le Mexique, l’Amérique jusqu’à l’Océan Pacifique, une grande partie de l’Europe, une grande partie de l’Afrique jusqu’aux confins de l’Adriatique, et même encore plus loin. Et cela a eut une incidence sur toutes ces populations qui encore aujourd’hui, sans même s’en rendre compte, évoluent avec un savoir ancestral qui rejoint de loin leurs propres façons d’être dans leurs propres coutumes, dans leurs propres civilisations. Elles sont toutes empruntes de la conscience des Atlantes, et bien sûr de la Lémurie.

Lorsque Vous croyez que la plus ancienne colonie de l’Atlantide fut probablement cette d’Egypte, Je Vous dirai que c’est la Lémurie qui a apporté le savoir aux Atlantes, qui Eux-mêmes ont bénéficié de MU, et cela s’est répandu dans le monde entier, mais en réalité les Egyptiens ont bénéficié de ce que les Maîtres ont enseigné bien avant toutes les Dynasties des Pharaons qui n’ont jamais compris ce qui était enseigné à de très hauts niveaux avant que cette Ere des Dynasties des Pharaons ne s’installe pour entamer l’expérience de la gloire, du pouvoir, des Conquérants, et surtout de la puissance mondiale à vouloir tout gérer et s’approprier.

Aucun outils de l’âge du Bronze en Europe viennent de l’Atlantide, mais bien des outils provenant du savoir Atlante ont été révélés à des Peuples au travers le monde, à la différence qu’ils ne pouvaient pas être de la même technologie, les Atlantes ayant peu de ressources à leur disposition après l’engloutissement de l’Atlantide, mais Ils avaient le savoir, et cela a permis de reconstituer en partie ce que Vous appelleriez « nouveaux outils performants », mais qui n’ont pas résisté au temps. Ce que Vous avez découvert résulte de fabrication primitive répondant au réapprentissage de certaines Peuplades primitives n’ayant pas eu le savoir Atlante.

Il y avait en Atlantide des sources chaudes qui permettaient aux Êtres des ablutions, mais surtout de profiter de longues détentes, parce que cette eau était volcanique et qu’elle Leur apportait une vibration à leur corps qui n’était pas, dans les premiers millénaires de l’Atlantide, complètement de matière carbonique, mais en grande partie de matière se rapprochant du Cristallin. C’est au cours de l’évolution que les Atlantes perdirent cette vibration et s’intensifièrent de plus en plus dans la densité carbone.

Ce qui résulte aux Açores est en réalité une confusion, parce que les sources chaudes des Açores ne correspondent pas aux eaux chaudes à vibration Cristalline des premiers millénaires de l’Atlantide, et ce phénomène est plutôt sujet aux profondeurs encore tenues intactes sous les terres méditerranéennes en des endroits très précis non accessibles actuellement, mais qui le seront dans le courant actuel, lorsque les terres émergeront et que les sources Cristallines fuseront apportant à Ceux de la Nouvelle Terre une nouvelle possibilité de mutation de l’état de carbone à l’état de vibration Cristalline.

Il est dit dans votre Bible que la Population issue de Noé et ses Fils ont dérivé dans la scélératesse. La réalité, c’est qu’Ils vécurent suffisamment longtemps pour oublier lentement leurs origines et être pris dans toutes les énergies duelles se déployant au rythme des siècles, sans jamais plus comprendre qu’en réalité Ils étaient assujettis à bien des controverses, à bien des commandements Les amenant à se fourvoyer auprès de Ceux qui disent, encore aujourd’hui, qu’Ils détiennent la vérité, au point d’avoir asservis les Populations dans la dérive de soumissions et de peurs qu’Ils contrôlent encore d’une certaine façon. Il est inconcevable de juger ce qui a été lentement une hypnose dans la main mise de Ceux qui pensent encore gouverner ce monde. Nous, les Êtres de Lumière révélons de plus en plus tout ce qui s’est passé, et Nous accompagnons tous Ceux qui maintenant reprennent conscience de « Qui Ils Sont », et plus jamais ce qui s’est passé ne se reproduira. Et il en est ainsi.

Ce qu’il faut corriger dans tout ce qui est relaté concernant l’embaumement des corps, c’est que les Atlantes n’embaumaient pas leurs corps, mais les laissaient retourner à la nature jusqu’à leur disparition complète. L’embaumement est venu bien après dans la reconsidération que le corps devait être gardé à des fins de permettre un meilleur passage dans l’autre monde, ce qui est totalement un leurre. Et c’est ainsi.

La Tour de Babel fut un des édifices que les Anciens de la période faste de l’Atlantide ont érigée pour qu’Elle puisse émettre une résonance avec, non seulement les Pyramides, mais surtout avec sa sœur l’Etoile Aldebaran. Aldébaran, également appelée Alpha Tauri selon la désignation de Bayer, est l’étoile la plus brillante de la constellation zodiacale du Taureau. Située à environ 65 années-lumière du Soleil, elle est la 13ᵉ étoile la plus brillante du ciel nocturne.

C’est au cours de la déstructuration de la Géométrie Sacrée dont parle Drunvalo Melchizedek dans son livre « Ouroboros Maya », que cette Tour n’ayant plus sa résonance, que fut décidé de la construction des Pyramides de Khéops et notamment la structure intersidérale de la Pyramide de Mykérinos qui entre en résonance avec Orion via Aldebaran. Et c’est ainsi.

Il y a une similitude entre la morphologie des Atlantes et celle des peuples qui Leur ont succédé, parce qu’en Atlantide les Êtres avaient un crâne allongé et leurs yeux étaient en amende. Certains crânes retrouvés sont ceux d’Atlantes qui ne se sont jamais accouplés pour préserver une physiologie à laquelle Ils tenaient. Mais bien des Atlantes disparurent sans renouveler leur physionomie, parce qu’Ils étaient différents des Autres peuples et n’étaient pas acceptés dans leurs formes. C’est ainsi que cette morphologie disparue et que seuls les grands Maîtres Egyptiens, bien avant toutes les dynasties des Pharaons, ont perpétué cette morphologie jusqu’à ce qu’Ils disparaissent Eux aussi, mais en ayant toutefois engendré en grande partie cette morphologie au travers de leurs Successeurs, mais surtout au travers d’Êtres, qui durant une certaine période, sont venus de l’Intra-Terre et s’unirent avec quelques Familles de Pharaons. Mais cela ne perdura pas, parce qu’Ils dénotaient des autres Êtres qui ne comprenaient pas que leurs formes crâniennes étaient différentes, et cela ne fut plus d’actualité qu’Ils perdurent dans cette différence.

Ce que Vous n’avez pas compris, et Nous ne Nous étalerons pas sur le sujet, tellement cela demanderait d’écrire une très longue histoire, mais Je vais simplement M’exprimer très brièvement, c’est qu’Ulysse* était un Grec qui cherchait en réalité à rejoindre la Patrie Mère qu’Il avait entendu parler, et Il voulait renouer avec Ceux qui étaient en grande partie les Porteurs d’une connaissance que Lui seul pouvait comprendre. Et c’est ainsi qu’Il bravi bien des obstacles et parvint à un moment donné à se retrouver dans plusieurs des récits qui Lui ont été donné au cours de ses rencontres, jusqu’à ce qu’Il dérive au lieu même où Il compris que tout était un recommencement et qu’Il ne pourrait jamais plus revivre ce qu’Il en avait ressenti à des niveaux de rêves. Il relata toutes ses aventures et tout ce qu’Il avait aussi rêvé en corrélation avec tout ce qui Lui avait été dit. Et c’est ainsi qu’Il est rentré et qu’Il voulu ré-initier, en quelque sorte, tous Ceux qui étaient prêts à reconsidérer l’histoire, mais cela n’a pas été accepté, et Il Nous est revenu alors qu’Il n’espérait plus une reconversion de tous Ceux en qui Il avait mis son espérance à rebâtir un Peuple tel qu’Il en avait conscience. Et c’est ce Maître, qui fut Ulysse, que Vous avez côtoyé en tant que Lord Williamson en 1887 (Nom Divin Anyalabel) qui fit l’apogée de toutes les Confréries des Francs-Maçons et qui ascensionna en tant que Maître sans que Vous en ayez conscience. Et c’est ainsi.

* Ulysse est l’un des héros les plus célèbres de la mythologie grecque. Roi d’Ithaque, fils de Laërte et d’Anticlée, il est marié à Pénélope dont il a un fils, Télémaque. Il est renommé pour sa mètis, cette « intelligence rusée » qui rend son conseil très apprécié dans la guerre de Troie à laquelle il participe. C’est encore par la mètis qu’il se distingue dans le long périple qu’il connaît au retour de Troie, chanté par Homère dans son Odyssée. Ulysse est l’un des héros les plus célèbres de la mythologie grecque. (fr.wikipedia.org)

Il est dit, dans certains de vos écrits, qu’Odin, Dieu des Germains, était Bouddha, il n’en est rien. Odin est en réalité le Maître que Bouddha a canalisé, et Celui-ci Lui a simplement appris ce qu’Il était à même de mettre en place à cette époque si compliquée, si exigeante du point de vue de la transmission d’un savoir qui se perpétuait de Peuples en Peuples, mais sans que cela soit toujours bien compris, tant les Êtres vivaient dans une complète erreur de leur vérité et se soumettaient bien volontiers à tout ce qu’on Leur demandait d’être, au point que beaucoup n’acceptaient pas qu’on puisse Leur dire les choses autrement. Le rôle d’Odin n’était pas la conquête, mais la transmission d’un savoir, que parfois, Il exigeait que soient exterminées les races vulgairement empreintes de tant de croyances qu’Ils vivaient dans l’expectative de rendre la vie impossible à tous Ceux qui n’adhéraient pas à leur doctrine. Et c’est ainsi.

Ce que Vous avez émis concernant l’éventualité que les Touraniens ou Mongols pouvaient ou ne pouvaient pas être un rameau issu de Noé, et donc des Atlantes, Je préciserai qu’Ils étaient plus issus d’une branche apatride, à la fois des Atlantes, mais aussi des Lémuriens, ce qui signifie qu’il y a eu un exode de ces Peuples qui ont fondé une nouvelle race qui est aujourd’hui le mélange d’Êtres venus du Centre, mais aussi venus de l’ouest. Et en cela Vous ne pouvez pas dire que les Asiatiques sont seulement une race, mais bien le mélange de plusieurs races après l’implantation en divers lieux de 2 civilisations qui ont fini par se côtoyer et s’unir. Et il en est ainsi.

Il y a quelques passages que Moi, Ma , J’aimerai partager avec Vous et que J’ai relevé dans un document traduit par Aline Martin, tirés du livre d’Ignatius Donnelly « Atlantide, Monde Antédiluvien », où Yosuel a exprimé quelques rectifications qui ne mettent nullement en cause ce que ce cher Être à voulu exprimé, mais qui devait être réajusté.

Alors, ces passages qui reflètent, d’après Yosuel , une réalité, peuvent étoffer, comme ceux que Je rajoute à la suite, ce complément d’informations sur l’Atlantide, en sachant, bien sûr, que ce n’est qu’un condensé qu’il faudrait développer avec plus d’informations, mais ce qui est dit peut amener une réalité à prendre forme pour tous Ceux qui auront à cœur d’écrire une nouvelle réalité.

Et c’est une joie pour Moi d’y apporter quelques précisions venant directement de Yosuel , l’Elohim qui ne peut qu’exprimer ce que seul un Maître peut exprimer dans une réalité suivie.

Voici donc les passages qu’ Ignatius Donnelly , que J’honore, a exprimé :

CHAPITRE II

Histoire de l’Atlantide selon Platon


Platon nous a transmis l’histoire de l’Atlantide. Si notre point de vue est exact, c’est là un des plus précieux documents qui nous soit parvenu au sujet de l’Antiquité la plus reculée. Platon vivait 400 ans avant la naissance du Christ. Son ancêtre, Solon, avait été le grand législateur d’Athènes, 600 ans avant l’ère chrétienne. Solon avait visité l’Egypte. Plutarque dit : « Solon essaya de donner en vers une complète description, ou plutôt un rapport poétisé sur l’île Atlantide, d’après ce qu’il avait appris des prêtres de Saïs, surtout en ce qui concernait les Athéniens. Nous pensons ne pouvoir mieux commencer ce livre qu’en citant le document entier conservé par Platon, (en voici quelques extraits) Solon avait interrogé leurs prêtres, et avait reconnu que ni lui ni aucun autre Grec ne savait grand chose sur les temps passés.

L’un des prêtres se mit à dire : – « Il n’y a pas eu d’opinion ancienne qui vous ait été transmise par la tradition primordiale, ni aucune science qui soit marquée du sceau de la vieillesse ; et je vais t’en dire la raison. Il y a eu, il y aura encore, bien des destructions de l’humanité dues à différentes causes. En premier lieu, vous ne vous souvenez que d’un seul Déluge, alors qu’il s’en produisit plusieurs. Puis, vous ignorez que, dans votre pays, habitait jadis la plus belle et noble race d’hommes qui ait jamais vécu, et dont toi-même et toute ta cité n’êtes que le fruit ou les restes. Il y eut une époque, pourtant, O Solon, avec ce grand Déluge, où la ville qui aujourd’hui est Athènes fut la plus vaillante à la guerre. Quant à tes concitoyens d’il y a neuf mille ans, je te renseignerai brièvement sur leurs lois et les plus nobles de leurs actions. Nos archives relatent nombre de grandes et étonnantes actions accomplies par votre cité ; mais l’une d’elles surpasse toutes les autres. Il est question d’une puissance invincible qui s’est impudemment dressée contre l’Europe et l’Asie tout entière, et à laquelle votre ville mit fin. Cette puissance était sortie de l’océan Atlantique – car en ce temps-là il était navigable – et il y avait une grande île située en face des détroits que vous nommez Colonnes d’Hercule. Cette île était plus vaste que la Libye et l’Asie réunies : elle était sur la route d’autres îles et, de l’une à l’autre, on pouvait gagner le continent opposé, qui entoure l’Océan véritable. Eh bien, dans cette île de l’Atlantide existait un grand et merveilleux empire dont le pouvoir s’étendait sur bien d’autres îles ainsi que sur des parties du continent.

En outre, il avait soumis des parties de la Libye, en deçà des Colonnes d’Hercule, jusqu’à l’Egypte, et en Europe, aussi loin que la Tyrrhénie. Cet immense puissance, concentrant un jour toutes ses forces, entreprit alors de soumettre d’un seul coup notre pays et le vôtre. Ce fut à ce moment, Solon, que votre nation se leva. Elle finit par triompher des envahisseurs, les défit et sauva ainsi de l’esclavage ceux qui n’avaient pas encore été vaincus. Ces événements furent suivis de violents tremblements de terre, d’inondations extraordinaires et, en un seul jour et la nuit suivante, tous vos guerriers se trouvèrent engloutis dans le gouffre de la terre en même temps que l’Atlantide disparaissait dans les abîmes de la mer. Voilà pourquoi il y a des endroits dans cette mer qu’il est impossible de franchir à cause de la masse de boue qui en forme le bas-fond et qui résulte de la présence de l’île submergée. » (Platon, Timée, 21)

Bon nombre de grands Déluges ont eu lieu durant ces neuf mille années. Or, il n’y a jamais eu d’exemple de la terre se déversant au pied des montagnes. Il ne faudra pas être surpris si vous entendez des noms grecs donnés à des étrangers. Solon, qui avait l’intention de se servir de cette histoire pour l’adapter au poème qu’il méditait, s’enquit de la signification des noms enregistrés chez nous, et trouva que les Egyptiens des premiers siècles, les avaient traduits en leur propre langue. Il reconstitua ainsi la signification de divers noms, les retraduisit et les recopia de nouveau dans la nôtre. L’histoire qui était très longue commençait ainsi. Or Poséidon, qui avait reçu en partage l’île de l’Atlantide, engendra des enfants d’une femme mortelle et les établit dans la partie de l’île que je me dispose à décrire. « Du côté de la mer et dans tout le centre de l’île il y avait une plaine qu’on disait être la plus belle de toutes et très fertile. Vers le centre de cette plaine, à la distance d’environ cinquante stades, se dressait une montagne peu élevée d’aucun côté. Sur cette montagne habitait l’un des hommes primitifs, nés de la terre de cette contrée, et qui avait nom Evénor. Sa femme s’appelait Leucippe. Ils n’avaient qu’une fille répondant au nom de Clito ; celle-ci touchait à l’âge de l’adolescence quand son père et sa mère moururent, et Poséidon en tomba amoureux. Il eut des relations avec elle. Poséidon engendra de son épouse dix fils par cinq couples de jumeaux mâles et, par suite, divisa l’île en dix parts. Il donna à chacun des noms : l’aîné qui était roi fut nommé Atlas, et c’est de lui que l’île entière et l’océan reçurent le nom d’Atlantique.

Leurs richesses étaient si considérables qu’elles dépassaient tout ce que les rois ou potentats avaient possédés jusqu’alors et pourraient jamais posséder. Le sous-sol leur livrait : l’orichalque extrait sur plusieurs points de l’île et qui, après l’or, était considéré par les gens de ce temps-là comme le plus précieux des métaux. Cette île sacrée voyait prospérer sous son ciel l’abondance de tout ce qui est beau et bon à l’homme. Le sol fournissait tout cela à ses habitants, et ceux-ci s’employaient avec zèle à élever des temples, des palais, à établir des ports et des bassins, etc., d’abord ils construisirent tout un réseau de ponts pour sortir et rentrer à volonté dans le palais royal ; puis ils commencèrent à élever le palais nouveau dans le temple du dieu de leurs ancêtres. Ce temple fut l’objet continuel des soins et de l’ornementation des générations qui se succédèrent au pays des Atlantes, chaque roi ayant à cœur de surpasser son prédécesseur dans la mesure du possible, tant et si bien qu’ils firent de l’édifice une merveille de grandeur et de beauté. Au centre s’élevait un temple sacré dédié à Clito et à Poséidon ; ce temple restait inaccessible aux profanes, il était entouré d’une clôture d’or massif. Tout l’extérieur du temple était revêtu d’argent, et les faîtages d’or. Le plafond, à l’intérieur, était fait d’ivoire, émaillé d’or, d’argent et d’orichalque.

Toutes les autres parties des murs, des colonnes, du plancher, étaient doublées d’orichalque. Dans le temple il y avait des statues en or autour du dieu lui-même debout sur un char attelé de six chevaux ailés ; le conducteur du char avait de telles dimensions qu’il touchait de sa tête la voûte du temple. Autour de lui cent Néréides chevauchaient des dauphins. A l’extérieur, on avait placé les statues en or des dix rois et de leurs épouses. Ils se servaient des deux fontaines d’eau froide et d’eau chaude, très abondantes et merveilleusement adaptées aux divers usages par suite de la douceur et de l’excellence de leurs eaux. Fontaines, bains, arbres magnifiques de hauteur et de beauté, jardins, gymnases, un hippodrome, etc. Chacun des dix rois possédaient le contrôle absolu sur les citoyens et, en certain cas, sur les lois elles-mêmes.

Telle était l’immense puissance établie par le dieu Poséidon sur l’île perdue de l’Atlantide, et qu’il tourna contre notre pays pour la raison suivante : durant bien des générations, tant que la nature divine survécut en eux, les hommes obéirent aux lois, aimèrent les dieux et se dirent leurs parents ; car ils avaient des pensées vraies et nobles à tous égards, pratiquant la douceur et la sagesse en toutes circonstances de la vie et dans leurs relations réciproques. Ils étaient tempérants et voyaient clairement que tous leurs biens étaient accrus par l’amitié vertueuse que chacun entretenait pour autrui, mais que, par contre, un zèle intempestif, un amour déraisonné de soi et de son propre honneur faisait perdre tout le bien acquis et périr l’amitié elle-même. Mais, lorsque cette part divine commença à faiblir puis à s’éteindre trop souvent en eux, mêlée à trop d’éléments mortels, la nature humaine prit le dessus ; les hommes devinrent incapables d’assumer leur prospérité ; ils perdirent leur loyauté et aux yeux de quiconque avait un œil pour voir, ils se montrèrent vils, ayant perdu les plus précieux de leurs dons. Zeus, le dieu des dieux, qui règne selon la loi et qui discerne le fond des choses, s’apercevant qu’une race autrefois honorable était dans le plus misérable état, résolut de lui infliger la punition qu’elle méritait, à seule fin de la relever par le châtiment. Il rassembla tous les dieux dans sa demeure la plus sacrée, et s’étant placé lui-même au centre du monde, il vit toutes les choses de la Création. Il les rassembla et leur dit : …(Critias, 108) (Ici finit brusquement l’histoire de Platon.)…..

CHAPITRE IV

Circonstances qui les confirment

D’où vient le nom Atlantique ? Les dictionnaires nous informent que cet océan est ainsi nommé d’après les montagnes de l’Atlas ; reste à savoir d’où ces montagnes ont tiré leur nom. « Les mots Atlas et Atlantique n’ont aucune étymologie satisfaisante dans une langue quelconque d’Europe. Ils ne sont pas grecs et ne se rapportent à aucun langage connu du Vieux Monde. Mais, dans la langue nahualt, on rencontre tout de suite le radical a, atl, qui signifie eau, guerre, et le sommet du crâne. » (Molina, Vocab. en lengua mexicana y castellana). De cette racine dérive une série de mots tels que Atlan « sur le bord et au milieu des eaux », d’où Atlantique. Platon nous dit que l’Atlantique et l’île Atlantide durent leur dénomination à Atlas, le fils aîné de Poséidon, fondateur du royaume. Sur la partie du continent africain la plus proche de l’océan Atlantique, s’élève une chaîne de montagnes connue depuis les temps les plus reculés sous le nom d’Atlas.

Pour résumer : une montagne Atlas sur le rivage de l’Afrique, une ville Atlan sur le rivage de l’Amérique ; les Atlantes habitant la côte nord-ouest de l’Afrique ; une population aztèque dans Aztlan, en Amérique centrale ; un océan, entre les deux mondes, qui a nom Atlantique ; une divinité appelée Atlas qui porte le monde sur ses épaules ; et enfin la tradition immémoriale d’une île Atlantide… Platon dit qu’il existait un passage à l’ouest de l’Atlantide « sur la route d’autres îles et de l’une à l’autre on pouvait gagner le continent opposé qui entoure l’Océan véritable ». La Méditerranée, dit-il, n’est pas la « vraie mer » mais une sorte de baie. Platon aurait pu imaginer l’Atlantide, mais comment aurait-il pu « inventer » les îles au-delà, les Antilles, et le continent opposé, l’Amérique, entourant cette « vraie mer » ? Si l’on consulte la carte, on voit que le continent américain enserre en effet l’océan en un vaste demi-cercle. Est-ce que Platon aurait pu le deviner ? S’il n’y avait pas eu d’Atlantide et des voyages partant de ce point et révélant ainsi le demi-cercle formé par le continent à partir de Terre-Neuve jusqu’au cap San Roque, comment Platon en aurait-il eu l’idée ? Et savoir que la Méditerranée n’était qu’une « baie » en comparaison du vaste océan entourant l’Atlantide ?

Comment peut-on, en dehors de l’Atlantide, expliquer la présence en Europe des Basques qui n’ont aucune affinité linguistique avec aucun autre peuple du continent européen, mais dont la langue est similaire aux idiomes de l’Amérique, comme le démontre de Dr Farrar. (Families of speech) Platon nous dit que les domaines de Gadeiros, un des rois de l’Atlantide, s’étendait vers les Colonnes d’Hercule aussi loin que le pays encore désigné comme celui de Gadès. Gadès est la Cadix actuelle, et les domaines de Gadeiros comprenaient la terre des Ibères ou Basques, la ville principale tirant son nom d’un roi atlante, et eux-mêmes étant des Atlantes. Si donc il a existé une Atlantide, sorte de pont jeté entre l’Amérique et l’Afrique, les Basques ont pu passer d’un continent à l’autre. Sans l’Atlantide, comment expliquer que les Egyptiens primitifs se représentaient eux-mêmes, sur leurs monuments, comme des hommes de race rouge ? Et comment expliquer les figures de nègres qu’on retrouve sur les anciens édifices de l’Amérique centrale ? sinon des relations commerciales entre l’Amérique et l’Afrique au moyen des navires des Atlantes ou de toute autre race civilisée qui auraient amené les nègres en Amérique, à une époque très reculée. Comment expliquer la présence de la race sémitique en Europe, s’il n’y avait pas eu d’Atlantide ? Comment se fait-il que l’origine du blé, de l’orge, de l’avoine, du maïs, du seigle, plantes essentielles de la civilisation, soit absolument perdue dans la nuit des temps ? On trouve dans la mythologie grecque des légendes concernant l’introduction de la plupart de ces céréales en Europe par des rois atlantes, réputés dieux ; mais aucune nation européenne n’a jamais revendiqué l’honneur de les avoir découvertes et développées ; il a été impossible de retracer leur origine sauvage………..

***

Documents complémentaires :



Suite à lire sur le lien ci dessous

http://www.messagescelestes-archives.ca/latlantide/

Bonjour, nous vous remercions pour ce message. Il nous fait plaisir de ce partage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum