LE LIVRE D'HANNA de Geraldine Brooks


AENIGMA
Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Mer 17 Mai 2017 - 15:15
Staff et VIP en ligne
Admin Laurent Jacqueline
Musique
bouton
Un peu de musique




Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

LE LIVRE D'HANNA de Geraldine Brooks

Répondre Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1default LE LIVRE D'HANNA de Geraldine Brooks le Lun 16 Juin 2014 - 20:06

Je suis Laurent

avatar

Un roman total sur la réconciliation entre les religions et sur le pouvoir du livre.

Traduit de l'américain

par Anne Rabinovitch

« Le Livre d'Hanna » est la quintessence du roman total. Multipliant les personnages, les intrigues, les voyages dans le temps, les coups de théâtre, mêlant les genres - historique, politique, policier, psychologique -, il ne perd jamais de vue son but premier : défendre la tolérance entre les religions, la suprématie de l'homme. Geraldine Brooks, son auteur d'origine australo-américaine, est une ex-journaliste, correspondante de guerre. La carte de presse n'est pas forcément un passeport pour la littérature. Mais l'écrivaine, qui n'en est pas à son premier succès littéraire (elle a remporté le prestigieux prix Pulitzer en 2006 pour son roman « March »), a su mettre ses compétences de reporter - travail d'enquête, respect de la réalité, clarté de la construction et du style - au service de sa plume généreuse d'écrivain.

Histoire mouvementée
Comment « La Haggadah de Sarajevo », manuscrit juif médiéval, sans doute conçu dans l'Espagne de la « convivencia », est-il parvenu à traverser les siècles sans dommage, jusqu'à échapper aux flammes de la bibliothèque lors de la guerre en Bosnie ? Hanna, une restauratrice de manuscrits anciens, chargée d'étudier le livre sacré avant son exposition au musée de la ville, va renouer les fils de son histoire mouvementée, à partir des indices disséminés dans ses pages - aile de papillon, tache de vin et sang mêlé, trace de sel, poil.

S'inspirant d'une « histoire vraie », Geraldine Brooks propose au lecteur une remontée du temps vertigineuse, en plusieurs épisodes : Sarajevo sous l'occupation nazie ; Vienne à la fin XIXe siècle ; le « getto » de Venise au XVIIe ; Tarragone et Séville au XVe. A chaque époque, l'engagement obstiné d'hommes et de femmes a permis à ce chef-d'oeuvre enluminé de survivre à la haine et à la destruction. La défense de la Haggadah réunit juifs, chrétiens et musulmans, dans d'étranges chassés-croisés héroïques.

La résistance de l'humanisme
« Le Livre d'Hanna » est une ode aux hommes de bonne volonté. C'est aussi un modèle de pédagogie pour rappeler l'oppression absurde subie par les Juifs d'Europe depuis la nuit des temps. D'Isabelle la Catholique à Hitler, il n'y eut hélas guère de répit. Le sauvetage de la Haggadah symbolise la résistance désespérée de l'humanisme à travers les siècles.

Le va-et-vient entre passé et présent - nourri de rebondissements romanesques lui aussi - pourrait sembler à la longue un procédé facile. Mais ces vignettes historiques saisissantes et colorées jouent un rôle primordial : elles sont comme les enluminures du roman. Elles établissent ainsi un puissant parallèle avec le manuscrit sacré, racontant la fuite d'Egypte. Et, au bout du compte, c'est bien le livre qui est le véritable héros du roman de Geraldine Brooks. Le livre qui distille le savoir, la poésie et la raison, remparts contre la haine. Le livre sacré, le livre vivant, dont chaque mot, image, détail de reliure ou tache raconte l'histoire d'êtres de chair et de sang.

PHILIPPE CHEVILLEY [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Extrait

« (...) j'ai passé de nombreuses nuits éveillé, ici, dans cette pièce, à me dire que la Haggadah était venue à Sarajevo pour une raison précise. Elle était ici pour nous éprouver, pour voir s'il y avait des gens capables de comprendre que ce qui nous unissait était plus fort que ce qui nous divisait. Que le fait d'être un homme compte plus que d'être juif, musulman, catholique ou orthodoxe. »

Bonjour, nous vous remercions pour ce message. Il nous fait plaisir de ce partage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum