Il y a des gens qui « existent » ...


AENIGMA
Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Mer 17 Mai 2017 - 15:15
Staff et VIP en ligne
Admin Laurent Jacqueline
Musique
bouton
Un peu de musique




Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Il y a des gens qui « existent » ...

Répondre Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1default Il y a des gens qui « existent » ... le Mer 24 Sep 2014 - 10:56

Je suis Jacqueline

avatar



Il y a des gens qui « existent » ...



Il y a des gens qui « existent » pour nous.

Peut-être ne les avons-nous vus, aperçus, qu'une seule fois.

Peut-être en avons-nous seulement entendu parler.

Cependant ils sont parmi ces témoins intérieurs qui nous accompagnent, qui nous sont force et lumière pour vivre.

Tel souvenir, telle image d'homme ou de femme m'aide à vivre depuis des années.

J'ai besoin de savoir que ce sourire, cet humour, ce regard sont toujours vivants, même de bien loin dans l'espace et dans le temps.

Si je savais qu'ils se sont éteints, le monde et ma vie en seraient ternis et affaiblis.

Comme si l'on annonçait que désormais il n'y aura plus d'étoiles.

Ces êtres crient la vie.

Ils sont source, pour beaucoup, fontaine vive de liberté, chant d'humanité.

Bien au-delà du sommeil de la mort, leur parole, leurs gestes, leur visage unique donne la vie.

La contagion de leur être, jusqu'où ira-t-elle, fécondité sans limite ?

Même si je n'y donne pas un instant de pensée, j'ai besoin de l'herbe de la colline, des choeurs des grillons l'été, des enfants partout dans le monde :
je suis tissé de tous ces êtres.

Mais comme j'ai besoin de la silhouette et de la démarche des compagnons intimes de ma vie...

Et peut-être qu'eux aussi, à quelques paliers de la mémoire vivante qui nourrit la ferveur de leur visage, ont besoin de me reconnaître et de savoir que je suis toujours le frère entré chez eux.



Gérard Bessière, 2 février 1970

Bonjour, nous vous remercions pour ce message. Il nous fait plaisir de ce partage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum