Le Bouddha d'or


AENIGMA
Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Mer 17 Mai 2017 - 15:15
Staff et VIP en ligne
Admin Laurent Jacqueline
Musique
bouton
Un peu de musique




Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le Bouddha d'or

Répondre Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1default Le Bouddha d'or le Jeu 12 Nov 2015 - 15:11

Je suis Jacqueline

avatar

Le Bouddha d'or


A l'automne de 1988, les organisateurs d'un congrès de Hong Kong nous avaient invités, ma femme et moi, à y donner une conférence sur l'estime de soi et l'efficacité maximale. Comme c'était la première fois que nous allions en Extrême-Orient, nous avons décidé de prolonger notre voyage et d'aller visiter la Thaïlande.
En arrivant à Bangkok, nous avons décidé de faire la visite touristique des nombreux temples bouddhiques de la ville. Avec notre interprète et chauffeur, ma femme et moi avons vu plusieurs temples ce jour-là, mais j'avoue qu'après un certain temps, ils ont tous commencé à se brouiller dans notre mémoire.

Mais de tous ces temples, il y en a un qui a laissé dans notre esprit et dans notre coeur une impression indélébile. On l'appelle le Temple du Bouddha d'or. Le temple lui-même est très petit, il ne fait probablement pas plus de 10 mètres sur 10. Mais, dès qu'on y rentre, on est stupéfié à la vue d'un bouddha d'or massif mesurant plus de trois mètres. Il pèse plus de 2000 kilos et on estime sa valeur à 196.000.000 de dollars ! C'est tout un spectacle - ce bouddha d'or massif qui vous en impose par sa hauteur en même temps qu'il jette sur vous un sourire plein de bonté et de bienveillance.

Tout en m'acquittant de mes devoirs de touriste (photographier la statue sous tous ses angles en poussant des oh ! et des ah ! d'admiration), je me suis approché d'une vitrine où était exposé un morceau d'argile épais d'environ 20 centimètres et large de 30. A côté de la vitrine, un texte dactylographié retraçait l'histoire de cette magnifique oeuvre d'art.

En 1957, un groupe de moines s'était vu confier la tâche de transporter un bouddha d'argile de leur temple à un autre site. Leur monastère devait être déplacé pour permettre la construction d'une autoroute traversant Bangkok. Quand on entreprit de soulever l'idole géante à l'aide d'une grue, son poids était tellement élevé que la statue commença à craquer. De plus, il se mit à pleuvoir. Le moine supérieur, qui s'inquiétait des dommages que la pluie pourrait causer au bouddha sacré, décida de remettre la statue par terre et de la couvrir d'une large bâche pour la protéger.

Plus tard, ce soir là, le moine supérieur alla vérifier l'état du bouddha. Il alluma une lampe de poche et dirigea le faisceau sous la bâche pour voir si le bouddha était resté sec. Quand le faisceau atteignit l'endroit où la statue avait craqué, il vit un petit éclair jaillir sous l'argile et cela lui sembla étrange. En regardant de plus près ce trait de lumière, il lui vint à l'esprit que l'argile cachait peut-être quelque chose. Il alla chercher un ciseau et un marteau au monastère et se mit à fendre l'argile. Au fur et à mesure que tombaient les tessons d'argile, le petit trait de lumière devenait de plus en plus brillant. Plusieurs heures de travail passèrent avant que le moine ne se trouve face à face avec l'extraordinaire bouddha d'or massif.

Les historiens croient que plusieurs siècles avant la découverte du moine supérieur, tandis que l'armée birmane s'apprêtait à envahir la Thaïlande (qu'on appelait alors le Siam), les moines Siamois, conscients de l'imminence de l'attaque, couvrirent leur précieux bouddha d'une couche d'argile afin que leur trésor ne soit pas pillé par les Birmans. Malheureusement, il semble que les Birmans aient massacré tous les moines, et le secret bien gardé du bouddha d'or massif perdura jusqu'à ce jour fatidique de 1957.

Dans l'avion de la Cathay Airlines qui nous ramenait à la maison, je me suis mis à penser : "Nous sommes tous comme ce bouddha d'argile, couverts d'une carapace solide créée sous l'effet de la peur, et sous laquelle pourtant chacun de nous est un 'Bouddha doré', un 'Christ doré', une 'essence dorée', notre moi naturel. A l'instar du moine avec son marteau et son ciseau, notre travail consiste maintenant à redécouvrir notre véritable essence".

Jack Canfield. Wikipédia donne des précisions historiques: la statue fait 5,5 tonnes...

Source

Bonjour, nous vous remercions pour ce message. Il nous fait plaisir de ce partage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum